Les chiffres du chômage de février ne sont pas bons, mais pouvait-il en être autrement ? – Tribune de Samuel Tual

REGARDS PHOTOGRAPHES (1102) HD b

Le premier ministre Manuel VALLS l’a rappelé, et il a raison ; il ne pourra pas y avoir de création d’emplois en France tant que l’activité est inférieure à 1,5% de croissance.

Pour autant, même si la croissance finit par arriver, la baisse du chômage ne pourra être que limitée à 2% puisque le problème depuis 10 ans se situe ailleurs, dans le taux de chômage structurel qui est passé de 5% à 9%. 9% de demandeurs d’emploi pour des raisons structurelles, principalement dues au manque de mobilité, de polyvalence et de compétences adaptées aux besoins des entreprises.

Il est important de repenser le système de formation professionnelle, et notamment l’apprentissage pour les jeunes diplômés qui a, de nouveau, baissé en 2014 alors que le président François HOLLANDE en a fait une priorité avec un objectif de 500 000 apprentis en 2017.

Sortir de la tutelle de l’Education Nationale qui gère les CFA, et transformer le contrat d’apprenti en un simple contrat de travail pour premier emploi d’un jeune diplômé avec possibilité de choisir son organisme de formation en fonction de son entreprise, de son secteur d’activité et de sa branche professionnelle, voilà une des solutions simples appliquées par nos voisins allemands qui leur permet d’avoir 1,5 millions d’apprentis avec un coût pour la collectivité de moins de 2000 € par apprenti, alors que nous sommes à plus de 9000 € en France.

Ensuite, bien entendu, simplifier le code du travail pour supprimer les freins à l’emploi, et notamment en élargissant les cas de recours aux salariés extérieurs (type travail temporaire) et le développement des nouvelles formes d’emploi (type portage salarial), mais aussi en sécurisant le CDI pour les entreprises en définissant précisément les modalités financières de rupture pour éviter les recours et l’incertitude d’un contrat qui fait qu’aujourd’hui 80% des embauches se font en CDD ou en CTT (+3,5% en février).

Enfin, plus généralement, en réenchantant le travail comme précisé dans l’essai Le Travail pour tous et en faire une véritable ambition pour notre pays.

Samuel TUAL, auteur de Le travail pour tous

Partagez cet article
Email this to someoneShare on Google+Share on LinkedInShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Tumblr

,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire