Les trois qualités fondamentales du leader

Comment être un bon leader aujourd’hui ?

La plupart des dirigeants pensent motiver efficacement leurs employés, or il est prouvé que ces derniers sont plus désengagés que jamais. Comment motiver ses troupes ?

Rasmus Hougaard et Jacqueline Carter ont sondé plus de 30 000 leaders d’entreprises et compulsé des milliers d’études en neurosciences, psychologie et développement d’entreprise pour identifier les 3 qualités mentales fondamentales que les leaders d’aujourd’hui devraient absolument développer.

PREMIÈRE QUALITÉ : LA PLEINE CONSCIENCE

Les deux qualités liées à la pleine conscience sont la concentration et la vigilance :
– concentré, vous êtes capable de porter facilement votre attention sur une tâche choisie durant une longue période de temps
– vigilant, vous êtes capable de faire des choix appropriés concernant l’objet de notre attention.

Voici la matrice de la pleine conscience :


– En bas à gauche, vous n’êtes ni concentré ni vigilant. La plupart de nos erreurs proviennent de cet état d’esprit. Nous ne pouvons pas demander aux membres d’une équipe de se sentir engagés et soutenus si nous ne sommes pas nous-mêmes totalement présents.

– En bas à droite, vous êtes vigilant mais facilement distrait. Cet état donne lieu à de très bonnes idées. Mais si votre esprit est trop distrait, il vous sera difficile de retenir ces idées et de les appliquer.

– En haut à gauche, vous êtes concentré mais en mode automatique : votre état d’esprit peut être décrit comme le « flow », lequel est utile pour accomplir les tâches routinières. Le problème, c’est que vous risquez de laisser passer des informations importantes.

– En haut à droite, l’état de pleine conscience, vous êtes à la fois concentrés et vigilants. Vous vous concentrez sur les personnes en votre compagnie et sur les tâches à accomplir. En même temps, vous êtes vigilants et lucides sur vos préjugés inconscients, et capables de les contrôler. Aujourd’hui, dans nos bureaux, où nous sommes constamment sur le qui-vive et distraits, ce deux qualités essentielles contribuent à notre efficacité et notre agilité mentales.

DEUXIÈME QUALITÉ : LE DÉSINTÉRESSEMENT

Le désintéressement combine une grande confiance en soi et l’intention de servir avec humilité. Il inspire confiance, car il est dénué d’intentions cachées, et favorise l’adhésion, parce que notre désintéressement permet à nos collègues d’exprimer le meilleur d’eux-mêmes.

Voici la matrice du désintéressement :

– En bas à gauche, vous manquez d’estime de vous, en vous souciant pourtant de vos propres intérêts. Vous ramenez tout à votre personne. S’il existe des exceptions, ces individus produisent généralement des résultats insuffisants.

– En bas à droite, vous avez une grande confiance en vous, mais vous n’êtes motivé que par vos propres objectifs et désirs et reconnaissez rarement les besoins des autres. Ici, nous avons typiquement affaire à un directeur des ventes acharné qui pousse ses salariés à vendre toujours plus. Pour être honnête, cette approche a certains avantages. Cependant, sur le long terme, ce profil peut être destructeur, à la fois sur le plan personnel et sur le plan de l’organisation.

– En haut à gauche, nous trouvons le dirigeant qui manque de caractère. Vous ne préservez ni vos propres intérêts ni votre bien-être. Vous courez fortement le risque de sombrer dans le surmenage ou d’être lésé.

– En haut à droite, on trouve la combinaison gagnante du désintéressement et de la confiance en soi. Vous avez suffisamment d’assurance pour exprimer vos propres intérêts. En même temps, vous avez le souci du bien-être de votre personnel et de votre organisation. Votre priorité est la réalisation de leur potentiel chez les autres. Ainsi, vous êtes source d’inspiration et d’inclusion.

TROISIÈME QUALITÉ : LA COMPASSION

La compassion s’exprime au travers d’intentions positives envers les autres : contribuer à leur bonheur et les aider à résoudre leurs problèmes. La compassion se distingue de l’empathie. Jeff Weiner, directeur général de LinkedIn, décrit l’empathie comme le fait de prendre en charge la souffrance de l’autre, au risque d’être tous les deux perdants. Grâce à la compassion, vous pouvez agir de manière constructive.

Voici la matrice de la compassion :

– En bas à gauche, vous n’avez ni compassion ni sagesse. Sans compassion, nous sommes indifférents. Sans sagesse, nous sommes ignorants. Cette configuration ne produit rien de bon, et les dirigeants avec cet état d’esprit sont clairement incompétents.

– En haut à gauche, nous avons de la compassion, mais manquons de discernement pour juger des effets de nos actes. Résultat : nous risquons de nuire à la cause que nous voulions soutenir.

– En bas à droite, les compétences et l’expertise existent, mais sans aucune bonne intention. Cet état d’esprit est dangereux. La crise financière de 2008 est le résultat de ce modèle.

– En haut à droite se trouve la combinaison gagnante, qui allie compassion et sagesse, et qui permet de diriger avec bienveillance. Ici, nous agissons avec compassion, tout en observant de près les conséquences de nos actes.

Pour apprendre à pratiquer ces trois qualités essentielles, découvrez « L’esprit du leader » et révolutionnez votre management !

Découvrir le livre

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire